L’onomastique arabo-musulmane

L’onomastique arabe est au centre du projet Mistara car sa complexité nécessite une compétence particulière du catalogueur amené à traiter des notices d’autorité personne issues des aires culturelles et périodes historiques où l’écriture arabe est employée. La littérature scientifique française n’offre qu’un seul ouvrage connu portant sur le sujet. Plusieurs interprétations entrent en conflit au sujet de la composition du nom arabe. Il ne s’agit pas ici de se positionner dans ce débat mais plutôt d’en souligner les points pouvant être ambiguës pour le catalogueur.

La principale ambiguïté peut provenir du nombre d’éléments distingués dans le nom arabe classique. Cinq éléments sont traditionnellement identifiés dans la littérature scientifique occidentale. Chacun de ces éléments est désigné par un terme qui n’est pas traduit dans la littérature scientifique. Et pour cause, la traduction de ces termes dépend de l’interprétation scientifique qui en est faite.

En grammaire arabe, le mot ism désigne à la fois le nom commun et le nom propre. Le terme “nom propre” se traduit par ism ʿalam (اسم علم) où ʿalam se traduit littéralement par “symbole”, “insigne”, “drapeau” ou “marque”, entre autres.

1- Les cinq composantes du nom arabe.

Comme évoqué ci-dessus les philologues arabes et les arabisants ne comptabilisent pas le meme nombre de composantes dans leurs ouvrages.

Ism : Nom de la personne traditionnellement considéré comme l’équivalent du prénom. Il ne s’agit pas réellement d’un prénom au sens propre car il n’est pas forcement suivi par un nom de famille comme l’entend la définition du prénom en France.

Nasab : Information de filiation sur le père ou la mère introduite par le prefixe ibn, Fils de ou bint, Fille de. Cet élément n’est pas considéré comme un élément du nom par les grammairiens arabes qui le considèrent comme allant de paire avec la Kunya (cf. supra).Du point de vue des grammairiens arabes, notamment pour al-Astarabadi, la Kunya regroupe à la fois le patronyme et la filiation (nasab). L’approche occidentale arabisante considère le nasab comme élément du nom à part entière et non comme une partie de la Kunya. C’est l’approche occidentale qui sera retenue pour la division du nom dans notre méthodologie.

 

Nisba : La nisba désigne le plus souvent un gentilé (al-Afġānī – l’afghan, al-Baṣrī – le basrien, al-Šīrāzī– le chirazien), mais peut aussi désigner une ethnie, un clan (al-Hāšimī – l’hachémite, al-Qurayšī – le qoreishite) , un des courants religieux de l’islam (al-Mālikī – le malekite, al-Ḥanafī – Le hanafite). La Nisba se distingue par sa caractéristique morphologique avec la voyelle longue /ī/ en position finale qui se retrouve dans la plupart des nisba. Un individu peut avoir plusieurs gentilés s’il s’est établi dans plusieurs localités durant sa vie ou s’il est descendant d’une famille originaire d’une autre localité. De nos jours des noms de famille comme al-Hindī (l’indien) sont encore très répandus dans le monde arabe alors que le lien avec l’Inde est rompu depuis plusieurs siècle. Plusieurs nisba peuvent également apparaître si le gentilé et le courant religieux (qui sont tous deux des nisba) sont mentionnés dans la forme complète du nom.

Kunya : Nom d’un des enfants, introduit par le préfixe Abu ou Umm signifiant respectivement père et mère (de). Ces termes s’accordent grammaticalement et peuvent donc être retrouvées sous les formes nominative Abū , accusative Abā ou génitive Abī selon le contexte grammatical. Sans contexte, comme c’est le cas dans toute notice autorité, la forme nominative est systématiquement employée. Une kunya peut être attribuée sans que la personne n’ait d’enfants, en guise de souhait à la personne d’en avoir. La kunya n’implique donc pas forcément une filiation. Par ailleurs, les termes Abu et Umm ont un deuxième sens lié à la propriété . Ainsi, Abu Chanab n’est pas le nom du père de Chanab mais une distinction physique de la personne portant ce nom. Chanab signifiant “moustache” en arabe, Abu Chanab signifie “le moustachu”et littéralement “porteur d’une moustache”, or les noms représentant une particularité physique sont considérés comme des laqab (surnoms)(cf.infra). Un surnom peut donc avoir une forme de kunya et cela ne peut être décelé sans une maîtrise de la langue arabe. Cette notion de propriété peut également être formulée grâce au préfixe ḏū (fém. ḏāt) dans les noms propres arabo-musulman (ḏū al-Kifl – détenteur du double).

Laqab : Il s’agit d’un surnom ou d’un sobriquet, il en existe deux types. Le premier et le plus usité, nomme une particularité physique de la personne (al-Ǧāḥiẓ – personne atteinte d’exophtalmie, al-Aṭraš – le sourd, al-Aṣamm – le muet). Le laqab peut avoir une forme de Kunya (cf.supra). Le second type de laqab, plus rare, concerne les personnalités politiques ou religieuses et sont des surnoms mélioratifs composés de syntagmes nominaux (Niẓām al-Mulk– ordre du royaume, Šams al-Dīn – soleil de la religion). Ces derniers sont devenus des ism (prénom) de nos jours.

2-Dans la pratique.

Parmi ces cinq éléments, il y en a un sous lequel la personne identifiée est le plus connue. Ainsi, al-Ǧāḥiẓ est connu sous son surnom mais ce dernier n’apparaît pas dans son nom complet Abu ʿUṯmān ʿAmrū ibn Baḥr Maḥbūb al-Kinānī al-Layṯī al-Baṣrī. Cette partie du nom sélectionnée est appelée šuhra ou ism šuhra qu’elle soit la kunya, la nisba ou une autre partie du nom. La šuhra peut s’additionner au prénom ou non, comme dans l’exemple ci-dessus. La šuhra n’est pas un surnom au sens propre, il est un nom de substitution au nom complet. Dans la majorité des cas, c’est la nisba qui est retenue comme šuhra.

Ces éléments de l’onomastique arabe ne s’appliquent pas exclusivement aux humains. Certains noms d’animaux sont formés avec des nisba (ibn Awa – chacal, ibn ʿirs – belette) ou des kunya ( Umm al-rūbiān (ou irbyān) – langouste, litt. “mère de la crevette”).

C’est l’histoire de l’onomastique arabe qui a permis de fixer la borne chronologique du projet au 19ᵉ siècle. En effet les réformes sur l’état civil ayant eu lieu à cette période dans l’empire ottoman ont largement simplifié les usages onomastiques décrit plus haut. Dans ces nouveaux usages simplifiés les éléments du nom ne sont plus mentionnés en tant que tel. La šuhra et le ism demeurent les seuls composantes du nom mentionnées dans ces documents. À partir de cette periode le nom propre arabe prend donc une forme binaire, similaire au nom occidental, ce qui pose moins de difficulté pour le catalogage des autorités personnes.

Tezkéré ottomane d’Alep, un des premiers document d’identification individuelle : Document conservé au Centre des Archives Historiques de Damas. Date de 1883/1884

La complétude du nom propre arabe permet à la fois d’identifier un individu sans aucune ambiguïté mais aussi à faire tendre son identification vers un anonymat. En effet, certaines composantes servent à identifier avec précision un individu par ses filiations directes alors que d’autres composantes servent au contraire à fondre l’identité dans un groupe d’individu beaucoup plus large.

Le rôle du catalogueur est multiple face à ce type de nom. Il doit identifier la šuhra ou la sélectionner s’il elle n’est pas trouvée dans les ressources. La peut être une des cinq parties du nom cités plus haut.  Le catalogueur doit également identifier toutes les composantes du nom pour former le nom complet dans version longue. Un guide de bonne pratiques sur ce sujet est en cours de rédaction et sera mis à disposition par l’Abes à la fin du projet Mistara (- lien à ajouter – )

Références :

  • Sublet, J. 1991, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe – PUF (Paris)
  • Müller, C.; Roiland-Rouabah, M. 2014, Les non dits du nom – Presses de l’Ifpo
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search