L’écriture de l’abjad arabe et sa translittération.

Comme nous l’avons vu dans le billet précédent, la particularité d’un abjad rend sa lecture ardue pour les débutants si les voyelles ne sont pas mentionnées dans le texte. Nous allons aborder ici l’écriture de cet abjad et son codage informatique qui est adapté aux règles de liaison et de vocalisation des lettres arabes. Il existe quatre cas de liaisons au total, chaque lettre a ses propres règles de liaison, elle peut être isolée, liée à la lettre suivante, au deux ou seulement à la lettre précédente. Cela est lié à la cursivité de l’écriture arabe qui n’a pas été impactées par l’imprimerie comme c’est le cas pour l’écriture en lettres latines qui se divise entre écriture cursive et écriture scripte. Ces règles de liaisons modifient la forme de la lettre selon sa position dans le mot avec quatre formes possibles (isolée, initiale, médiane et finale). Sur les 28 lettres 6 ne se lient pas à la lettre suivante (ا-د-ذ-ر-ز-و). Ces règles s’appliquent aux abjad modifiés utilisés dans les autres langues à l’exception de certaines lettres additionnelles qui n’ont pas les mêmes formes selon leurs position dans le mot comme c’est le cas pour l’abjad ourdou avec le /ھ/qui garde la même forme dans ses positions initiale médiane et finale.

Unicodes différents pour chaque langue.

Les unicodes diffèrent entre certains caractères des langues utilisant l’abjad arabe. Ainsi une lettre saisie avec un clavier arabe n’a pas toujours le même unicode que la même lettre saisie avec un clavier persan. L’exemple le plus connu est celui du phonème /ya/ entre l’arabe et le persan : le /y/-/ی/ persan U+06CC est totalement similaire à la lettre arabe/á /ى/ dont l’unicode est U+0649, tandis que le /y/ arabe est représenté par le graphème /ي/ qui porte l’unicode U+064A. Ce point est d’une importance majeure dans le catalogage des autorité arabo-musulmane. De nombreux auteurs sont connus au sein des différentes aires linguistiques utilisant une version ou une autre de l’abjad arabe. Pour cette raison, ces différences d’unicodes est à prendre en compte dans la rédaction des notices qui contiennent plusieurs écritures originales.

Dans les systèmes informatiques chaque diacritique vocalique a son propre unicode qui s’additionne à l’unicode de son support consonantique pour donner un nouvel unicode correspondant à l’addition des deux unicodes superposés ( ل – /l/ + ◌ُ – /u/ = /lu/ ). Cela signifie que la vocalisation des consonnes arabes est prise en charge par les schémas unicodes. Dans la pratique de l’écriture arabe, la vocalisation est rare, mais elle est obligatoire dans certains textes et dans certains cas. La vocalisation est présente en onomastique comme c’est le cas dans les dictionnaires biographiques (Al-ʾAʿlām, H̱ayr al-Dīn Zirikli), mais n’est pas présente en catalogage pour des raisons de confort de traitement et de respect des normes générales de catalogage.

La translittération

La translittération est l’opération qui consiste à représenter les caractères d’un système d’écriture (système converti) par les caractères d’un autre système d’écriture (alphabet de conversion)

http://documentation.abes.fr/sudoc/regles/Catalogage/Regles_Multiecritures_BonnesPratiques.htm#Translitteration

La translittération sert à l’aide à la lecture des apprenants d’une langue. Il est indispensable d’avoir une connaissance phonétique de l’alphabet original pour pouvoir lire correctement sa translittération. Sans cette connaissance, un lecteur ne maîtrisant que l’alphabet latin ne saura lire les diacritiques de translittération. Cette dernière est obligatoire dans la plupart des agences bibliothécaires occidentales à quelques exceptions près qui produisent des notices monolingues.

Il existe plusieurs systèmes de translittération de l’abjad arabe, que ce soit pour l’arabe ou les autres langues utilisant cet abjad. Par définition, un abjad ne mentionne que les consonnes d’une langue et rend donc impossible le catalogage sans une maîtrise de la langue puisque les voyelles qui doivent être translittérées sont implicites en écriture arabe, et ce dans toutes les langues qui l’utilisent. Les différents systèmes de translittération coexistent pour des raisons scientifiques et culturelles. Les pays anglo-saxons et la France n’utilisent pas les mêmes systèmes, et les différents domaines scientifiques n’utilisent pas les mêmes systèmes que les services de documentation. 

exemple : translittérations possibles pour la lettre خ :

Différentes formes de la lettre selon sa position dans le mot et les multiples façons de la translittérer. Le tableau entier se trouve ici.

Le catalogueur doit donc rechercher les différentes formes de translittération disponibles pour les insérer dans les notices. En France, le système ISO 233 est préféré pour la documentation tandis que le système DIN 635 est préféré dans l’enseignement supérieur. L’encyclopédie de l’islam possède son propre système de translittération (dernière colonne de l’exemple ci-dessus). Il arrive que ces systèmes soient mélangés dans une même entrée ou que des systèmes informels de translittération soient utilisés. Il convient de prendre en compte ces formes tout en corrigeant les notices pour éviter toute perte de données.

Quelques sources utiles pour la recherche onomastique.

Le traitement du corpus de Mistara s’est appuyé sur diverses ressources en lignes et imprimées (dictionnaires biographiques). Cet article liste les ressources en ligne qui nous ont été les plus utiles pour le traitement des notices d’autorité arabo-musulmanes selon les aires linguistiques concernées et les différentes thématiques retrouvées dans le corpus.

  • https://alkindi.diamond-ils.org/ est le catalogue en ligne de l’institut dominicain des études orientales (Idéo) qui est un des principaux partenaires du projet. AlKindi représente la partie arabe médiévale de la base de données Diamond qui regroupe des autorités de tous horizons. Ce catalogue contient des notices d’autorité arabo-musulmanes d’une grande précision qui ont été une source d’enrichissement pour les notices du Sudoc dans le cadre du projet Mistara comme cela est détaillé dans les livrables du projet. Les différentes formes des noms et leurs translittération ainsi qu’une multitude d’informations biographiques y figurent dans des champs dédiés.
  • L’encyclopédie de l’islam, éditions Brill, est la principale encyclopédie généraliste sur les études islamiques où se trouve une grande majorité des auteurs arabo-musulmans, toutes aires géographiques confondues. Cet ouvrage est publié pour la première fois en 1913, sa version en ligne a l’avantage d’être régulièrement mise à jour, mais il est à noter que l’accès à cette encyclopédie est payant.
  • http://www.jewishencyclopedia.com est accessible gratuitement, elle porte sur les mondes juifs et elle nous a été utile pour certains auteurs arabes juifs utilisant l’abjad et la langue arabe dans leurs écrits.
  • https://www.biblicalcyclopedia.com répertorie, entre autres, les auteurs chrétiens du proche orient dans cette encyclopédie théologique publiée par John McClintock et James Strong.
  • https://islamic-content.com est un site web généraliste sur la littérature arabe et arabo-musulmane où se trouvent des notices biographiques. Cette base a été utile pour trouver certains auteurs chiites introuvables dans d’autres catalogues.
  • https://shamela.ws/ est une bibliothèque numérique thématique sur la littérature arabe médiévale. Voici un article détaillé sur l’histoire et les ouvrages de cette bibliothèque.

Outre ces ressources généralistes sur les mondes arabo-musulmans, d’autres sites plus thématiques et plus spécifiques sur le monde arabe ont pu servir lors traitement des notices du corpus :

  • http://www.globalarmenianheritage-adic.fr est un site sur la diaspora arménienne qui contient des notices d’autorités. Une partie de cette diaspora se trouve au proche orient et s’exprime parfois en arabe dans la littérature.
  • http://www.alwaraq.net est un site bibliographique arabe.
  • www.almoajam.org idem
  • https://www.sama3y.net est un site thématique sur la musique, la musicologie arabe qui nous a été utile pour trouver des informations biographiques sur les musicologues arabes.
  • http://www.mawsouaa.tn/wiki/est une encyclopédie en ligne portant sur la culture tunisienne, utile pour retrouver des auteurs tunisiens peu connus hors de leur pays (inaccessible depuis avril 2021).
  • https://www.biblicalcyclopedia.com est une encyclopédie en ligne portant sur le monde chrétien. Cette base a été utile pour retrouver l biographie de certains patriarches et littérateurs chrétiens du proche orient, notamment libanais, syriens et coptes égyptiens.
  • https://www.poetsgate.com/ est un site thématique sur la poésie et les poètes arabes.
  • https://www.alukah.net/ est un site d’actualité sur l’islam, qui contient une base de données biographique.
  • https://app.alreq.com est une bibliothèque numérique arabe contenant 15419 notices biographiques et plus de 100 000 ouvrages numérisés.

D’autres ressources spécifiques nous ont servi pour la partie non arabe du corpus de Mistara qui représente une minorité des notices traitées (environ 15%) :

  • L’Encyclopaedia Iranica est un projet du centre d’études iraniennes de l’université Columbia. Comme son nom l’indique, elle se focalise sur l’Iran, l’Afghanistan et le reste du monde persanophone. Son accès est gratuit.
  • L’islam ansiklopedisi (Türkiye Diyanet Vakfı İslâm Ansiklopedisi – « Encyclopédie de la fondation de la présidence des Affaires religieuses ») est utile pour retrouver les auteurs turcs-ottomans. Il s’agit d’une encyclopédie généraliste portant sur les études islamiques, publiée entre 1988 et 2016 et aujourd’hui accessible en ligne gratuitement.
  • http://www.bio-bibliography.com/ est une base de données biobibliographique sur le monde ourdou contenant des notices précises sur les auteurs pakistanais et indiens d’expression ourdou.

Certaines de ces sources sont produites par des autorités religieuses. Il convient de prendre en compte les influences que cela peut avoir sur le contenu des bases de données. Certains catalogues et dictionnaires biographiques omettent par exemple les auteurs chiites pour ne mentionner que les sunnites et vice versa. D’autres bases sont produites par des autorités politiques et contiennent donc des biais politiques qu’il convient de ne pas retenir dans la recherche d’information. Face à ce type de données, un travail de sélection et de reformulation est nécessaire afin d’adapter les informations disponibles aux principes de neutralité des milieux universitaires occidentaux.

L’abjad arabe

Le projet Mistara implique une connaissance de l’écriture arabe et de ses adaptations aux langues employant ou ayant employé cet abjad. En effet, un des objectifs du projet est d’apporter une documentation assez précise aux catalogueurs non arabisants qui souhaitent traiter les notices d’autorité personne appartenant à ces aires culturelles. Un abjad est un alphabet consonantique où seules les voyelles longues sont représentées par un graphème tandis que les voyelles courtes sont notées en diacritiques sur leurs supports consonantiques. Ce système d’abjad est commun aux langues sémitiques dont l’ancêtre commun serait l’alphabet proto-sinaïque, ancêtre prétendu des alphabets nabatéen et araméen(cf.infographie). Le terme abjad est l’agglutination des 4 premiers support consonantiques de cet alphabet en un mot (ا – ب – ج – د) de la même manière que le mot « alphabet » est formé des deux premières lettres de l’alphabet grec, alpha et beta. L’écriture des voyelles courtes est facultative dans la plupart des langues sémitiques. En arabe ces voyelles courtes sont appelées ḥarakāt (sg. ḥaraka), à ne pas confondre avec les points diacritiques qui sont systématiquement inscrits sur certaines consonnes pour les différencier des lettres ayant le même support.

Infographie historique sur l’abjad arabeQatar Foundation International.

En arabe, les lettres ب / ت /ث/ (/b/, /t/, /ṯ/) ont le même support consonantique mais sont différenciées par leur points diacritiques. Les voyelles courtes peuvent être ajoutées pour indiquer le son de la syllabe, ainsi بَ = ba; بِ = biِ; بُ = bu et بي = bī; با = bā; بو = bū, avec les voyelles longues. Outre ces voyelles courtes, la gémination d’une consonne ou d’une voyelle longue est indiquée plus régulièrement par une šadda /ّ / Contrairement aux ḥarakāt, les points diacritiques sont obligatoires depuis le VIIème siècle, à l’exception de certains styles calligraphiques. Outre les points diacritiques, l’inscription de la hamza /ء/ est également obligatoire. Les voyelles courtes ne sont mentionnées systématiquement que dans certains textes comme le coran ou les manuels d’apprentissage, où la rectitude de la lecture est impérative.

Drawing of a Bismillah in kufic script. 9th century from the Islamic Museum in Cairo. (Nr. 7853) – Style calligraphique Kufique sans points diacritiques ni vocalisation.

Tout comme l’alphabet latin est utilisé dans une multitude de langues, latines et non latines, l’abjad arabe est utilisé dans des langues sémitiques, indo-iraniennes et turciques. Cette expansion de l’abjad arabe est naturellement liée à l’expansion de l’islam et à la sacralité attribuée à la langue arabe par cette religion. Un alphabet n’est pas intrinsèquement lié à sa langue, il arrive que l’écriture d’une langue passe d’un système à l’autre, notamment pour des raisons politiques comme cela a été le cas pour l’écriture des langues kazakhe, ouzbeke, tatare et autres langues turciques qui étaient écrites en abjad arabe avant les campagnes de latinisation en union soviétique dans les années 1920. Durant la même décennie, la reforme de l’écriture turque est mise en œuvre par Mustafa Kemal le 1er novembre 1928 pour remplacer un abjad arabe modifié par un alphabet latin modifié.

Couverture de Tatar Yaña imlâ, imprimées en abjad arabe modifié, 1924

Du point de vue phonologique l’abjad arabe est adapté aux différentes langues qui l’emploient mais aussi aux dialectes de l’arabe dont certains sons ne sont pas retrouvés dans la langue littérale. Pour le persan, des points diacritiques sont ajoutés sur certains supports consonantiques pour représenter les phonèmes qui n’existent pas en arabe comme le /پ / pour le /p/ ou le /گ/ pour le /g/ ou encore le /چ/ pour le /č/, créant ainsi de nouveaux graphèmes. Par ailleurs, certains graphèmes identiques en arabe et en persan ne représentent pas le même son comme pour le /ﺙ/ qui donne le son /s/ en persan et /ṯ/ en arabe. C’est pour cette raison que l’abjad persan contient 4 caractères de plus que l’abjad arabe. Concernant le turc ottoman, les variations par rapport à l’arabe sont quasi similaires qu’avec le persan.

Toutes ces spécificités sont à prendre en compte avec la plus grande vigilance lors du catalogage d’autant que le corpus du projet vise une période historique où l’abjad arabe était encore employé dans les langues en question, notamment pour la translittération et la romanisation. Chaque langue a son Unicode puisque chaque langue a son abjad même s’ils sont basés sur les mêmes caractères. Nous aborderont donc, dans le prochain billet, ces normes de translittération et les systèmes de codage des caractères arabes.

Références :

  • Pihan, A.P. 1856, Notice sur les divers genres d’écriture ancienne et moderne des arabes, des persans et des turcs-impr. impériale (Paris)
  • https://www.qfi.org/blog/history-of-the-arabic-alphabet/

L’onomastique arabo-musulmane

L’onomastique arabe est au centre du projet Mistara car sa complexité nécessite une compétence particulière du catalogueur amené à traiter des notices d’autorité personne issues des aires culturelles et périodes historiques où l’écriture arabe est employée. La littérature scientifique française n’offre qu’un seul ouvrage connu portant sur le sujet. Plusieurs interprétations entrent en conflit au sujet de la composition du nom arabe. Il ne s’agit pas ici de se positionner dans ce débat mais plutôt d’en souligner les points pouvant être ambiguës pour le catalogueur.

La principale ambiguïté peut provenir du nombre d’éléments distingués dans le nom arabe classique. Cinq éléments sont traditionnellement identifiés dans la littérature scientifique occidentale. Chacun de ces éléments est désigné par un terme qui n’est pas traduit dans la littérature scientifique. Et pour cause, la traduction de ces termes dépend de l’interprétation scientifique qui en est faite.

En grammaire arabe, le mot ism désigne à la fois le nom commun et le nom propre. Le terme “nom propre” se traduit par ism ʿalam (اسم علم) où ʿalam se traduit littéralement par “symbole”, “insigne”, “drapeau” ou “marque”, entre autres.

1- Les cinq composantes du nom arabe.

Comme évoqué ci-dessus les philologues arabes et les arabisants ne comptabilisent pas le meme nombre de composantes dans leurs ouvrages.

Ism : Nom de la personne traditionnellement considéré comme l’équivalent du prénom. Il ne s’agit pas réellement d’un prénom au sens propre car il n’est pas forcement suivi par un nom de famille comme l’entend la définition du prénom en France.

Nasab : Information de filiation sur le père ou la mère introduite par le prefixe ibn, Fils de ou bint, Fille de. Cet élément n’est pas considéré comme un élément du nom par les grammairiens arabes qui le considèrent comme allant de paire avec la Kunya (cf. supra).Du point de vue des grammairiens arabes, notamment pour al-Astarabadi, la Kunya regroupe à la fois le patronyme et la filiation (nasab). L’approche occidentale arabisante considère le nasab comme élément du nom à part entière et non comme une partie de la Kunya. C’est l’approche occidentale qui sera retenue pour la division du nom dans notre méthodologie.

 

Nisba : La nisba désigne le plus souvent un gentilé (al-Afġānī – l’afghan, al-Baṣrī – le basrien, al-Šīrāzī– le chirazien), mais peut aussi désigner une ethnie, un clan (al-Hāšimī – l’hachémite, al-Qurayšī – le qoreishite) , un des courants religieux de l’islam (al-Mālikī – le malekite, al-Ḥanafī – Le hanafite). La Nisba se distingue par sa caractéristique morphologique avec la voyelle longue /ī/ en position finale qui se retrouve dans la plupart des nisba. Un individu peut avoir plusieurs gentilés s’il s’est établi dans plusieurs localités durant sa vie ou s’il est descendant d’une famille originaire d’une autre localité. De nos jours des noms de famille comme al-Hindī (l’indien) sont encore très répandus dans le monde arabe alors que le lien avec l’Inde est rompu depuis plusieurs siècle. Plusieurs nisba peuvent également apparaître si le gentilé et le courant religieux (qui sont tous deux des nisba) sont mentionnés dans la forme complète du nom.

Kunya : Nom d’un des enfants, introduit par le préfixe Abu ou Umm signifiant respectivement père et mère (de). Ces termes s’accordent grammaticalement et peuvent donc être retrouvées sous les formes nominative Abū , accusative Abā ou génitive Abī selon le contexte grammatical. Sans contexte, comme c’est le cas dans toute notice autorité, la forme nominative est systématiquement employée. Une kunya peut être attribuée sans que la personne n’ait d’enfants, en guise de souhait à la personne d’en avoir. La kunya n’implique donc pas forcément une filiation. Par ailleurs, les termes Abu et Umm ont un deuxième sens lié à la propriété . Ainsi, Abu Chanab n’est pas le nom du père de Chanab mais une distinction physique de la personne portant ce nom. Chanab signifiant « moustache » en arabe, Abu Chanab signifie « le moustachu »et littéralement « porteur d’une moustache », or les noms représentant une particularité physique sont considérés comme des laqab (surnoms)(cf.infra). Un surnom peut donc avoir une forme de kunya et cela ne peut être décelé sans une maîtrise de la langue arabe. Cette notion de propriété peut également être formulée grâce au préfixe ḏū (fém. ḏāt) dans les noms propres arabo-musulman (ḏū al-Kifl – détenteur du double).

Laqab : Il s’agit d’un surnom ou d’un sobriquet, il en existe deux types. Le premier et le plus usité, nomme une particularité physique de la personne (al-Ǧāḥiẓ – personne atteinte d’exophtalmie, al-Aṭraš – le sourd, al-Aṣamm – le muet). Le laqab peut avoir une forme de Kunya (cf.supra). Le second type de laqab, plus rare, concerne les personnalités politiques ou religieuses et sont des surnoms mélioratifs composés de syntagmes nominaux (Niẓām al-Mulk– ordre du royaume, Šams al-Dīn – soleil de la religion). Ces derniers sont devenus des ism (prénom) de nos jours.

2-Dans la pratique.

Parmi ces cinq éléments, il y en a un sous lequel la personne identifiée est le plus connue. Ainsi, al-Ǧāḥiẓ est connu sous son surnom mais ce dernier n’apparaît pas dans son nom complet Abu ʿUṯmān ʿAmrū ibn Baḥr Maḥbūb al-Kinānī al-Layṯī al-Baṣrī. Cette partie du nom sélectionnée est appelée šuhra ou ism šuhra qu’elle soit la kunya, la nisba ou une autre partie du nom. La šuhra peut s’additionner au prénom ou non, comme dans l’exemple ci-dessus. La šuhra n’est pas un surnom au sens propre, il est un nom de substitution au nom complet. Dans la majorité des cas, c’est la nisba qui est retenue comme šuhra.

Ces éléments de l’onomastique arabe ne s’appliquent pas exclusivement aux humains. Certains noms d’animaux sont formés avec des nisba (ibn Awa – chacal, ibn ʿirs – belette) ou des kunya ( Umm al-rūbiān (ou irbyān) – langouste, litt. « mère de la crevette »).

C’est l’histoire de l’onomastique arabe qui a permis de fixer la borne chronologique du projet au 19ᵉ siècle. En effet les réformes sur l’état civil ayant eu lieu à cette période dans l’empire ottoman ont largement simplifié les usages onomastiques décrit plus haut. Dans ces nouveaux usages simplifiés les éléments du nom ne sont plus mentionnés en tant que tel. La šuhra et le ism demeurent les seuls composantes du nom mentionnées dans ces documents. À partir de cette periode le nom propre arabe prend donc une forme binaire, similaire au nom occidental, ce qui pose moins de difficulté pour le catalogage des autorités personnes.

Tezkéré ottomane d’Alep, un des premiers document d’identification individuelle : Document conservé au Centre des Archives Historiques de Damas. Date de 1883/1884

La complétude du nom propre arabe permet à la fois d’identifier un individu sans aucune ambiguïté mais aussi à faire tendre son identification vers un anonymat. En effet, certaines composantes servent à identifier avec précision un individu par ses filiations directes alors que d’autres composantes servent au contraire à fondre l’identité dans un groupe d’individu beaucoup plus large.

Le rôle du catalogueur est multiple face à ce type de nom. Il doit identifier la šuhra ou la sélectionner s’il elle n’est pas trouvée dans les ressources. La peut être une des cinq parties du nom cités plus haut.  Le catalogueur doit également identifier toutes les composantes du nom pour former le nom complet dans version longue. Un guide de bonne pratiques sur ce sujet est en cours de rédaction et sera mis à disposition par l’Abes à la fin du projet Mistara (- lien à ajouter – )

Références :

  • Sublet, J. 1991, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe – PUF (Paris)
  • Müller, C.; Roiland-Rouabah, M. 2014, Les non dits du nom – Presses de l’Ifpo

Qu’est ce qu’une mistara ?

De nos jours, le mot misṭara ou masṭara (pl. masāṭir) désigne en arabe littéral, ainsi que dans la plupart des dialectes arabes, une règle à tracer.

Image d'une page vierge portant l'empreinte d'une réglure à la mistara
Page vierge portant l’empreinte d’une réglure à la mistara (collections de la BULAC)

L’étymologie de ce lexème nous renvoie à la racine /sṭr/ donnant le verbe saṭara (2ème forme : saṭṭara) signifiant écrire, tracer une ligne mais aussi trancher avec une épée (kitāb muḥīt al-muḥīt, Buṭrus al Bustānī, 1867). Cette ligne, saṭr (pl. ʾasṭur) est initialement tracée par l’écrivain grâce à un tablette à régler, composé de morceaux de cartons et de fils, spécifiquement dédié à imprimer manuellement des lignes droites horizontales sur une page vierge1. C’est donc cet outil que désigne originellement notre terme.

De manière plus élargie, la racine /sṭr/ porte le sens de la correction, de la netteté et de la précision et donc, de la référence à suivre. En français, les expressions “suivre à la ligne” et “être sur la même ligne” évoquent ces caractéristiques. La ligne est donc une référence sur laquelle vient s’appuyer l’écriture afin de ne pas dévier de son chemin.

L’alignement des données par la correction des notices d’autorité est le principal objectif du projet Mistara, ce qui explique le choix de sa dénomination. Loin des morceaux de carton et des fils, les outils qui permettent cet alignement numérique sont d’une part informatiques et d’autre part normatifs. Cette norme, qu’elle concerne le catalogage, la translittération ou l’usage onomastique, joue le rôle de cette ligne sur laquelle viennent s’aligner des données à une échelle internationale.


Références :

‘Abd al‑Rahman al‑Ahdal, « La réglure à Zabid », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 19 novembre 2012, consulté le 26 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/cmy/1867 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cmy.1867

IRHT. Codicologia, vocabulaire multilingue pour la description des manuscrits : http://codicologia.irht.cnrs.fr/ | Entrée Mistara.

  1. Le Kazimirksi, dictionnaire arabe-français, 2004, al-bouraq []

Mistara

Le projet Mistara associe les équipes de différentes bibliothèques arabisantes (BULAC, Institut du monde arabe, SCD Aix-Marseille Université, Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme, section arabe de l’IRHT et Institut dominicain d’études orientales) et différents chercheurs dans le cadre d’un programme financé par le GIS Collex-Persée. Le carnet vise à faire connaître le projet et son avancement. Il rendra compte de la méthode de travail, des avancées, de la documentation rassemblée et présentera les différents outils onomastiques et la situation du catalogage des ressources en écritures arabes, du point de vue du signalement des autorités, des différents établissements partenaires. L’objectif est donner à voir l’avancement du projet pour élargir le cercle à d’autres partenaires.