L’écriture de l’abjad arabe et sa translittération.

Comme nous l’avons vu dans le billet précédent, la particularité d’un abjad rend sa lecture ardue pour les débutants si les voyelles ne sont pas mentionnées dans le texte. Nous allons aborder ici l’écriture de cet abjad et son codage informatique qui est adapté aux règles de liaison et de vocalisation des lettres arabes. Il existe quatre cas de liaisons au total, chaque lettre a ses propres règles de liaison, elle peut être isolée, liée à la lettre suivante, au deux ou seulement à la lettre précédente. Cela est lié à la cursivité de l’écriture arabe qui n’a pas été impactées par l’imprimerie comme c’est le cas pour l’écriture en lettres latines qui se divise entre écriture cursive et écriture scripte. Ces règles de liaisons modifient la forme de la lettre selon sa position dans le mot avec quatre formes possibles (isolée, initiale, médiane et finale). Sur les 28 lettres 6 ne se lient pas à la lettre suivante (ا-د-ذ-ر-ز-و). Ces règles s’appliquent aux abjad modifiés utilisés dans les autres langues à l’exception de certaines lettres additionnelles qui n’ont pas les mêmes formes selon leurs position dans le mot comme c’est le cas pour l’abjad ourdou avec le /ھ/qui garde la même forme dans ses positions initiale médiane et finale.

Unicodes différents pour chaque langue.

Les unicodes diffèrent entre certains caractères des langues utilisant l’abjad arabe. Ainsi une lettre saisie avec un clavier arabe n’a pas toujours le même unicode que la même lettre saisie avec un clavier persan. L’exemple le plus connu est celui du phonème /ya/ entre l’arabe et le persan : le /y/-/ی/ persan U+06CC est totalement similaire à la lettre arabe/á /ى/ dont l’unicode est U+0649, tandis que le /y/ arabe est représenté par le graphème /ي/ qui porte l’unicode U+064A. Ce point est d’une importance majeure dans le catalogage des autorité arabo-musulmane. De nombreux auteurs sont connus au sein des différentes aires linguistiques utilisant une version ou une autre de l’abjad arabe. Pour cette raison, ces différences d’unicodes est à prendre en compte dans la rédaction des notices qui contiennent plusieurs écritures originales.

Dans les systèmes informatiques chaque diacritique vocalique a son propre unicode qui s’additionne à l’unicode de son support consonantique pour donner un nouvel unicode correspondant à l’addition des deux unicodes superposés ( ل – /l/ + ◌ُ – /u/ = /lu/ ). Cela signifie que la vocalisation des consonnes arabes est prise en charge par les schémas unicodes. Dans la pratique de l’écriture arabe, la vocalisation est rare, mais elle est obligatoire dans certains textes et dans certains cas. La vocalisation est présente en onomastique comme c’est le cas dans les dictionnaires biographiques (Al-ʾAʿlām, H̱ayr al-Dīn Zirikli), mais n’est pas présente en catalogage pour des raisons de confort de traitement et de respect des normes générales de catalogage.

La translittération

La translittération est l’opération qui consiste à représenter les caractères d’un système d’écriture (système converti) par les caractères d’un autre système d’écriture (alphabet de conversion)

http://documentation.abes.fr/sudoc/regles/Catalogage/Regles_Multiecritures_BonnesPratiques.htm#Translitteration

La translittération sert à l’aide à la lecture des apprenants d’une langue. Il est indispensable d’avoir une connaissance phonétique de l’alphabet original pour pouvoir lire correctement sa translittération. Sans cette connaissance, un lecteur ne maîtrisant que l’alphabet latin ne saura lire les diacritiques de translittération. Cette dernière est obligatoire dans la plupart des agences bibliothécaires occidentales à quelques exceptions près qui produisent des notices monolingues.

Il existe plusieurs systèmes de translittération de l’abjad arabe, que ce soit pour l’arabe ou les autres langues utilisant cet abjad. Par définition, un abjad ne mentionne que les consonnes d’une langue et rend donc impossible le catalogage sans une maîtrise de la langue puisque les voyelles qui doivent être translittérées sont implicites en écriture arabe, et ce dans toutes les langues qui l’utilisent. Les différents systèmes de translittération coexistent pour des raisons scientifiques et culturelles. Les pays anglo-saxons et la France n’utilisent pas les mêmes systèmes, et les différents domaines scientifiques n’utilisent pas les mêmes systèmes que les services de documentation. 

exemple : translittérations possibles pour la lettre خ :

Différentes formes de la lettre selon sa position dans le mot et les multiples façons de la translittérer. Le tableau entier se trouve ici.

Le catalogueur doit donc rechercher les différentes formes de translittération disponibles pour les insérer dans les notices. En France, le système ISO 233 est préféré pour la documentation tandis que le système DIN 635 est préféré dans l’enseignement supérieur. L’encyclopédie de l’islam possède son propre système de translittération (dernière colonne de l’exemple ci-dessus). Il arrive que ces systèmes soient mélangés dans une même entrée ou que des systèmes informels de translittération soient utilisés. Il convient de prendre en compte ces formes tout en corrigeant les notices pour éviter toute perte de données.



Citer ce billet
Maxime Tabet (2021, 3 juin). L’écriture de l’abjad arabe et sa translittération. Mistara. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rgqe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search